Exercice

On croise des plantes à fleurs rouges et à pétales entiers avec des plantes à fleurs bleues et à pétales découpés. Les graines issues de ce croisement sont semées et on obtient uniquement des plantes à fleurs mauves et à pétales découpés.

Une plante obtenue précédemment est croisée avec une plante à fleur rouge et pétales entiers. Les graines issues de ce deuxième croisement sont semées et on obtient :

- 194 plantes à fleurs rouges et pétales entiers

- 190 plantes à fleurs mauves et à pétales découpés

- 8 plantes à fleurs rouges et pétales découpés

- 9 plantes à fleurs mauves et pétales entiers

Expliquez les résultats obtenus lors de ces 2 croisements successifs.

1) Est-ce du monohybridisme ou du dihybridisme ? Quel est le caractère ou quels sont les caractères étudiés ?

2) La génération F1 est-elle homogène ? Que peut-on en déduire ?

3) Quel est l’allèle, ou quels sont les allèles dominants, récessifs ?

4) Comment a-t-on obtenu la génération F2 : F1 x F1 ? ou bien Test-cross ? La génération F2 est obtenue à partir d’un F1 croisé avec un individu à phénotype récessif pour ce qui concerne la forme des pétales Il s’agit d’un test-cross

5) Si plusieurs gènes sont en jeu, les résultats F2 font-ils pencher en faveur de gènes indépendants ou de gènes liés ?

6) Expliquez rigoureusement les résultats obtenus en F1 et en F2

Solution :

1) On s’intéresse à deux caractères différents : la couleur des fleurs d’une part, soit rouges, soit bleues, et la forme des pétales d’autre part, soit entiers soit découpés Au moins deux gènes entrent donc en jeu, il s’agit de dihybridisme

2) La génération est homogène, on obtient 100 % de plantes à fleurs mauves et à pétales découpés

3) On en déduit que les allèles rouge et bleu sont codominants tandis que l’allèle découpé est dominant, l’allèle entier est récessif.

4) Suite à un test-cross, impliquant deux gènes liés on s’attend à obtenir 2 x 50 % (de phénotypes parentaux) Suite à un test-cross, impliquant deux gènes indépendants liés on s’attend à obtenir 4 phénotypes différents équiprobables 4 x 25 % dans cet exemple.

5) la grande majorité des phénotypes obtenus en F2 correspondent à des phénotypes parentaux mais deux phénotypes recombinés apparaissent, il s’agit donc de gènes liés portés par une seule paire de chromosomes ayant subi un crossing-over en prophase I (→ recombinaison des chromatides et donc des gamètes et par suite des phénotypes)

6) Interprétation chromosomique et échiquiers de croisement attendus :

Fleur rouge = R     Pétales découpés = D

Fleur bleue = B      Pétales entiers = d

a) Fleur [rouge, pétales entiers] (RR, dd) x fleur [bleue, pétales découpés] (BB, DD) ► F1 : Fleur [mauve, pétales découpés] (RB, Dd)

b) ♂ Fleur [Mauve, pétales découpés] (RB, Dd) x ♀ Fleur [rouge, pétales entiers] (RR, dd) ►